Crabe

Il est dit que dans certaines cultures le crabe est considéré comme un animal marin puissant : ce serait lui, le cabre, qui recueillerait l’âme des guerriers morts au combat.

Le seul crabe mythique que j’ai rencontré pour le moment n’a pas changé de nom depuis Rome. Là où le latin désignait déjà ce qui s’étend malicieusement de ces pinceses toujours plus nombreuses. Sans parler de la façon insidieuse avec laquelle ces damnées mandibules s’ingèrent en tout endroit sans ménagement.

C’est à une vitesse incroyable que le crabe se déplace ; la vélocité de ses mouvements impressionne et fascine. Pourtant il doit être combattu.

C’est avec férocité que nous chassons le crabe malgré cette grande peur hélas tacite qui ne manque jamais de s’exprimer aux moments les plus inopportuns. Venir à bout du crabe demande une quantité d’énergie au quotidien que l’on ne saurait prévoir avant d’entreprendre la lutte. Le crabe avance insidieusement, planant sous la menace de ses pinces.

De ses mouvements en dents de scie, aucune trajectoire limpide n’est lisible. Il ne connaît pas sa destination mais veut nous y mener de tout son saoul ; quitte à dévorer le plus grand nombre de souls dans le même mouvement.

C’est dans l’océan que je croise le crabe et que je le redoute. Tous les matins, j’implore Poséidon (ou un autre) de rappeler ses sbires, persuadé que je suis qu’il suffit de couper une ou deux pinces au crabe pour le chasser à jamais. Pourtant la certitude ou l’accomplissement que je cherche ne m’appartiennent pas. Je ne suis pas le guerrier contre lequel le crabe a choisi de mener combat.

À mon corps défendant, je ne suis qu’un poisson dans l’Océan ; un supporter des mers égaré par la brutalité des mots, ébouriffé par l’indifférence du monde marin, éconduit à tenir, porter, apaiser.

Mais l’océan est largement peuplé et ce ne sont pas les planctons qui manquent, les raies qui frôlent le sable, les limandes qui se cachent. De ceux et celles-là qu’on en dise le moins possible, il y aura toujours de plus gros prédateurs et à la toute fin, nous revenons tous au sable. Mouillé ou pas.

 

 

αρκινος – krakinos

Un pingouin dans le train

‘Nuff said

 

OnTheTrain

3X3D : Toute révolution se joue sur un coup de dés…

Pour le supplément “Super-Cannes”, un dessin par film de la sélection de la 52ème Semaine de la Critique :

 

3X3D

 

http://semainedelacritique.com/films/2013/2013_spe_3x3D.php

Nos Héros sont morts ce soir : Une troisième corde très tendue

Pour le supplément “Super-Cannes”, un dessin par film de la sélection de la 52ème Semaine de la Critique :

 

NosHeros

http://www.semainedelacritique.com/films/2013/2013_comp_Nos_Heros.php

Los Duenos : qui possède qui ?

Pour le supplément “Super-Cannes”, un dessin par film de la sélection de la 52ème Semaine de la Critique :

LosDuenos

http://semainedelacritique.com/films/2013/2013_comp_Los_Duenos.php